Les usages, croyances, traditions, superstitions de l'Yonne
Charles Moiset - 1888

Les usages, croyances, traditions,
superstitions de l'Yonne - Charles Moiset - 1888

Les usages, croyances, traditions, superstitions de l'Yonne

C'est une étude très documentée de Charles Moiset pour le Bulletin
de la Société des sciences historiques et naturelles de l'Yonne

de 1888. Le titre exact était Les usages, croyances, traditions,
superstitions, etc., ayant existé autrefois ou existant encore dans
divers pays du département de l'Yonne
. En 1988, le texte a été
réimprimé par les Editions Jeanne Laffitte. Le bulletin de 1888 est
disponible au téléchargement sur Gallica - lien direct vers l'ouvrage.
Les textes ci-dessous sont tirés de cette étude.
Les usages, croyances, traditions,
superstitions de l'Yonne - Charles Moiset - 1888

Usages, croyances, traditions, superstitions en vrac

La santé, les remèdes

Les animaux

Dictons,citations

La tradition des Mais

Une histoire de sorcier en 1888

Dr Marty. Recherches sur l'archéologie criminelle dans l'Yonne.
Cette étude est fort intéressante et très bien classée ; on y relève plusieurs faits : au XVe siècle un homme est condamné à une amende pour avoir usé du ministère d’un sorcier afin de découvrir un trésor ; au XVIe siècle, Jean Guybier paya 5 sous d'amende pour avoir donné son âme et son corps au diable ; en 1656 un curé fut condamné pour avoir laissé dire la messe à un prêtre étranger qui avait un crapaud vivant dans sa poche. Au XVIIe siècle on retrouve encore des ordalies : des gens soupçonnés de sortilèges sont baignés de force, d’autres demandent à subir l’épreuve de l'eau froide. Ceux qui eurent le malheur de surnager furent considérés comme sorciers avérés, et quelques-uns durent quitter le pays. En 1368, deux porcs furent condamnés à être étranglés pour avoir tué un, enfant; à la même époque des porcs furent condamnés à la peine capitale à la suite de la mort d’un porcher. Au XVIe siècle le bourreau de Sens pendit une truie. Ces exécutions avaient lieu avec un cérémonial particulier; parfois l’animal était habillé en homme et le bourreau mettait une paire de gants pour procéder à l'exécution.

VOIR

Retour

Au secours ! J'suis perdu !